Jornada mondiau de la Poesia

luna

Leà

Uei qu’ei la jornada mondiau de la poesia. Lo parat de descobrir la poetessa Tresià Pambrun.

Dòu

Ser de lua de Noveme,
eth vent que s’arrosèga en balaguèra ardona.
Pera plana vueita
Que’s son perduts eths pas deth òmi partit.
Brums espés que traucan cèus de silenci
esvalisant cada mot d’ua abséncia.
E l’avem sabut aimar ?
Brutau, eth vent que s’emboha er’arresponsa.
Non sobra sonque ua fin de mot
sonque un perrac de vueit
sonque un reclam mut
un shebit
e sonque…

Tresià Pambrun, Paraulas de Hemnas, Edicions Reclams, 2020

—-

Deuil

Soir de lune en novembre,
le vent se traine en ronde balaguère.
À travers la plaine désertée
Se sont perdus les pas de l’homme parti.
Des brumes épaisses trouent les ciels de silence
évanouissant chaque mot de l’absence.
Avons-nous su l’aimer ?
Brutal, le vent étouffe la réponse.
Il ne reste plus qu’une fin de mot
seulement une déchirure de vide
seulement un écho éteint
un murmure
et seulement…

Posted in

Laissez un commentaire

Vous devez être connectés afin de publier un commentaire.