La cuelhuda de camparòus

Cep.jpg

Guilhem

La cuelhuda de camparòus

Un dia, au bòsc au hons de la plana, lo dia seguent hens las sèrras de ‘Tanic’ o de ‘la Talhada’, lo virus deus camparòus que l’èi de la mia mairbona.
Que partívam las tres dab ma sòr, que tienèm au braç lo nòste tistèth en vime jaune coma l’aur.
La ‘Mairina’ dab lo son barròt que trucava las sègas entà har lo passatge e que disèva a votz baisha « cercatz per aciu, que’n creishen a l’acostumada ». Quauquas minutas après qu’avançavi au miei de las arromègas, enlà, suspresa, deus beròis capèths a mieitat estujats devath las huelhas mòrtas puish autes enqüèras e que tornavi los uelhs au darrèr, d’autes tostemps mei, qu’èran aciu entà nosautas.
Caps negres o marrons, deus bèths o petitons, joens o drin passats, e quitament los entamiats per los limacs ; que empleavan los nostes peiròus e après quauquas òras que tornàvam a casa urosas.
A la sason, los mes de l’estiu escorruts e las hòrtas plujas ataisadas que m’escapi soleta hens los bòscs, qu’escoti los bruts de brancas que croisheishen, d’ausèths e autes herums susprés per la mia preséncia e sovent que m’arregaudeishi de trobar aqueths preciós ceths que hèn lo delici deus nòstes repaishs de familha.
Francesa Lesvaths

La cueillette des champignons
Un jour, au bois au fond de la plaine, le jour suivant dans les coteaux de ‘Tannique’ ou de ‘la Taillade’, le virus du champignon je le tiens de ma grand-mère.
Nous partions toutes les trois avec ma sœur, tenant au bras notre panier en osier jaune comme l’or.
Marraine comme nous l’appelions avec son bâton tapait fort les haies pour faire le passage et disait à voix basse « cherchez par ici ; il en pousse d’habitude ».
Quelques minutes après j’avançais au milieu des ronces, et là, surprise, de beaux chapeaux à moitié cachés sous les feuilles mortes puis d’autres encore et tournant le regard derrière, d’autres toujours plus, ils étaient là pour nous.
Têtes noires ou marrons, gros ou petits, jeunes ou un peu passés, et même entamés par les limaces ; ils remplissaient notre panier et après quelques heures nous rentrions à la maison heureuses.
A la saison , les mois d’été écoulés et les fortes pluies calmées je m’échappe toute seule dans les bois, j’écoute les bruits de craquement de branches, des oiseaux et autres animaux sauvages surpris de ma présence et souvent je me réjouis de trouver ces précieux cèpes qui font le régal de nos repas de famille.

Posted in

1 Comment

  1. Guilhem on October 29, 2022 at 7:33 am

    L’autora que’s hè Francesa Lesvaths.

Leave a Comment

You must be logged in to post a comment.